Jacob Roy

Vivre bien

Il y a tant d'ambitieux et si peu de grandes ambitions,

Nous passons notre temps à chercher l'or, à boucher les trous dans nos poches, à être plus haut que le prochain, à être quelqu'un. Nous ne pensons qu'aux biens que nous n'avons pas, nous sommes en dépendance de consommation.

Tous veulent acquérir sans cesse des biens, de la réputation, du pouvoir; peu envisagent en grand toutes ces choses.

Nous avons oublié le bien-être. Le vrai bonheur.

Il faut s'y concentrer, n'emmètre qu'un seul but et y parvenir. Se sacrifier. Oublier la souffrance quotidienne et s'éloigner du désir.

Il est rare que le même esprit n’y embrasse point plusieurs objets à la fois. […] Comme il ne peut les biens connaître tous, il se satisfait aisément de notions imparfaites.

Or, je veux connaître.

Je veux bien connaître, et connaître le bien.

Faire le mieux possible, et non le plus vite ni au meilleur marché.

Cette phrase devient donc ma ligne directrice de création. Ça signifie un retour au noir et blanc, au focus manuel. Un retour à ce qui importe.

Les citations sont tirées de « De la Démocratie en Amérique, Tome 2, Tocqueville, 1981 ».