Jacob Roy

Jeux Olympiques de 1976

Les Jeux Olympiques sont venus s’installer à Montréal en 1976, le temps d’un été. C’est 92 nations et 6084 sportifs qui ont pu participer à cet extraordinaire évènement, faisant connaître Montréal partout à travers le monde.

La construction du stade olympique ne fut pas sans polémiques, au contraire. Évalué à un coût de 300 millions de dollars, il coutera finalement un milliard de dollars, principalement à cause des retards et des innovations techniques voulues. Conçu par l’architecte français Roger Taillibert, spécialiste dans l’utilisation des voiles de béton, sa construction commença le 28 avril 1973 et s'acheva la veille de l’ouverture des Jeux Olympiques, le 16 juillet 1976.

Tout en découvrant l'endroit, j'ai photographier le Stade dans des angles qui trahissait son âge, et qui démontrait la beauté intrinsèque de son architecture et de ses matériaux.

Maintenant devenu un symbole de la ville de Montréal, je le capture dans ses airs fier et noble.

L’île Notre-Dame est une île artificielle érigée en 1965 pour l’Expo 67, avec la terre excavée pour construire le métro de Montréal. Presque tous les vestiges de l’Expo 67 ont été démolis pour permettre la construction du Bassin Olympique, le plus grand bassin artificiel pour l’aviron en Amérique du Nord. Une grande partie de l’île accueille maintenant le Grand Prix de Formule 1 du Canada, et ce depuis 1978.

Laissé à l'abandon pendant plusieurs années, le site se désagrège et disparaît sous la rouille.

Il est facile de reconnaitre le style architectural de ces années, englobant les reliefs par lignes et les angles simples.

Bien que contruits plusieurs années plus tard, la biosphère et le circuit Gilles Vilneuve font maintenant partie du décor de l'ile.

Le Village Olympique, où la majorité des athlètes étaient hébergés, fut lui aussi conçu par Roger Taillibert. Couramment appelé « la pyramide », cet immeuble est composé de deux tours en forme d’escaliers se croisant à leur sommet. Coutant près de 80 millions de dollars, il a été, depuis, converti en immeubles à logements et en bureau administratifs.

Comprenant les mêmes lignes directrices que le reste des installations Olympiques, ce joyau architectural possède tout de même son caractère distinctif.